Accéder au contenu principal

Logement social de luxe

Ian Brossat, adjoint (PCF) à la maire de Paris en charge du logement depuis avril 2014 annonçait ce 27 février qu’il s’apprêtait à inaugurer de nouveaux logements sociaux situés avenue du Coq, dans le 9ème arrondissement de Paris.

L’élu communiste ayant eu l’excellente idée de joindre quelques photos, ce tweet a piqué ma curiosité : je me suis toujours demandé à quoi pouvait ressembler les logements sociaux de la capitale.

Je vous laisse découvrir ça :

Je ne sais pas ce que vous en pensez mais, de mon point de vue, c’est plutôt pas trop mal. On est quand même dans un bel immeuble haussmannien en pierre de taille, les parties communes relèvent clairement de la prestation haut-de-gamme et les logements eux-mêmes, manifestement refaits à neuf, n’ont pas grand-chose à voir avec l’idée que je me faisais d’un logement social.

Clairement, je crois que cette série de photo aurait été tout à fait à sa place dans la vitrine d’une agence immobilière de luxe.

Mais ça n’est pas fini. Il se trouve que l’avenue du Coq dans le 9ème à Paris, je vois où c’est. Perpendiculaire à la rue Saint Lazare, à mi-chemin entre la gare et l’église de la Trinité, c’est une petite allée privée. Oui, en plein cœur de Paris, j'ai déniché une petite vidéo qui vous y emmène faire un tour.

En fouillant un peu, j'ai retrouvé l'adresse exacte : c'est le 3 avenue du Coq. Un ensemble de bureaux pour lequel Paris Habitat s'est vu décerner le prix réhabilitation 2016 du Geste d'Or.

On est donc clairement dans l'immobilier haut-de-gamme. Avec ce genre de prestations, le mètre-carré se vend au moins 9 000 euros et se loue probablement aux alentours de 30 euros par mois. Autant dire que nous sommes très peu nombreux à pouvoir nous l’offrir et pourtant, ce sont des logements sociaux.

À l’extrême rigueur, je pourrais concevoir que la mairie de Paris cherche à créer une offre destinée à des classes-moyennes aisées pour éviter de les voit fuir la capitale sauf que, en fouillant un peu, on peut facilement vérifier que 16 des 29 logements du 3 avenue du Coq sont des HLM classiques (de type PLUS) et 8 autres sont carrément des logements réservés aux personnes en situation de grande précarité (PLAI).

Concrètement, la mairie de Paris fait du luxe au tarif HLM [1] et là, je dois dire que je ne comprends pas. La notion de logement social de luxe m’échappe totalement. Même si je ne suis plus parisien et donc plus directement concerné, j’aimerais bien savoir qui seront les heureux élus (sans jeu de mot) qui se verront attribuer un de ces 29 logements.

---
[1] Si j'ai bien compris (mais ne me croyez pas sur parole) les 8 logements PLAI devraient se louer 5.97 euros/m2, les 16 logements PLUS devraient se louer 6.71 euros/m2 et pour les 5 autres (type PLS) comptez 13.07 euros/m2 : même pas la moitié du prix du marché.

Commentaires

  1. par exemple : aux cadres sups de la FFT ?

    Affaire de HLM donnés à des cadres sups de la FFT ? Quelle surprise !
    http://leparisienliberal.blogspot.fr/2014/02/mun75003-affaire-de-hlm-donnes-des.html

    RépondreSupprimer
  2. Les loyers sont très souvent majorés par rapport aux plafonds lorsque certains critères/prestations existent. Tout cela est géré localement (préfet) mais concrètement avoir 10-15% de majoration est fréquent (surtout à Paris). La majoration maximale est de 18% mais je crois qu'à partir de 2017, on parlait de la limiter à 15%

    Dans le logement social, il est très fréquent que les PLUS/PLAI aient une longue liste d'attente. Généralement c'est moins le cas pour le PLS qui généralement concerne 50 à 60% des personnes et concernent des personnes qui peuvent à peu près se loger dans le privé.

    Les logements sont désormais attribués via des commissions réglementés. Généralement le scandale des occupations des logements sociaux est lié au maintien dans les logements de personnes qui désormais gagnent bien leur vie et pas à l'attribution des logements.

    Généralement les logement sociaux à Paris sont très bien subventionnés parce qu'il y a peu de nouveaux logements pour une mairie somme toute très riche. Cela explique qu'il est possible d'avoir de si belle prestations.

    Pour la localisation, cela peut paraître injuste vis-à-vis d'honnêtes citoyens qui ne pourraient pas se loger dans de tels quartiers mais d'un point organisation de l'espace, ce n'est pas déconnant. Ca évite de concentrer les logements sociaux au même endroit. Ca rajoute de la mixité, y compris au niveau de l'éducation.

    Alors oui, les futurs locataires de cette adresse seront des chanceux (accessoirement, le coût de la vie y sera aussi élevé pour eux, notamment pour les courses quotidiennes, ou alors il faudra s'éloigner). Ce cas reste assez rare, ne serait-ce parce que les contraintes économiques et de disponibilité des opportunités jouent à plein. A condition que l'attribution fonctionne bien, réjouissons-nous pour eux et potentiellement pour les opportunités que cela leur permettra de saisir.

    RépondreSupprimer
  3. en general et depuis maintenant une vingtaine d'année les logements sociaux construits dans les grandes villes soit en neuf soit à partir de réhabilitation sont au top des normes de construction. ce parc et de loin en bien meilleur etat que le reste du locatif privé. Il en résulte que les beneficiares du logement social sont bien mieux logés que ceux qui n'y ont pas droit et tout cela en payant bien moins.
    Cherchez l'erreur!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. en revanche, l'état de ces logements se dégrade beaucoup plus vite...

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Brandolini’s law

Over the last few weeks, this picture has been circulating on the Internet. According to RationalWiki, that sentence must be attributed to Alberto Brandolini, an Italian independent software development consultant [1]. I’ve checked with Alberto and, unless someone else claims paternity of this absolutely brilliant statement, it seems that he actually is the original author. Here is what seems to be the very first appearance of what must, from now on, be known as the Brandolini’s law (or, as Alberto suggests, the Bullshit Asymmetry Principle):The bullshit asimmetry: the amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.— ziobrando (@ziobrando) 11 Janvier 2013To be sure, a number of people have made similar statements. Ironically, it seems that the “a lie can travel halfway around the world while the truth is still putting on its shoes” quote isn’t from Mark Twain but a slightly modified version of Charles Spurgeon’s “a lie will go round the w…

Les comités Théodule

Le Comité Stratégique au Calcul Intensif, le Haut Conseil de l’Éducation Artistique et Culturelle, l’Observatoire des Jeux, la Grande Commission Nautique, la Conférence de la Ruralité, le Groupe Interministériel des Normes… L’imagination de nos dirigeants en matière de comités Théodule ne semble connaitre aucune limite.Grâce à quatre courageuses et courageux (un grand merci à Delphine, Ugo, Clément et Caroline qui nous a fourni un fichier de contrôle très utile), nous disposons maintenant d’un fichier exploitable conçu sur la base des données trouvées en annexe du PLF 2016 (le « jaune ») pour les années 2012, 2013 et 2014 (les coûts sont donnés en milliers d'euros).Au total, nous avons donc 504 comités, conseils, observatoires, commissions, conférences et autres groupes interministériels — ci-après « instances ». Certaines ont disparu depuis, d’autres sont de création très récente mais ça donne un ordre de grandeur. Ces instances occupent, plus ou moins, un maximum de 19 890 memb…

Protectionnisme, dévaluation et réindustrialisation

Je voudrais revenir ici sur quelques-unes des inepties qui émaillent le programme économique et les discours de Madame le Pen (mais aussi ceux de l'extrême gauche).Avant l’euro, la France était libre de faire ce qu’elle voulait du francÇa n’est que très partiellement exact. Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, la parité du franc face aux autres devises a toujours été encadrée par des accords internationaux. Au début, c’était ceux de Bretton Woods, du 26 décembre 1945 au 19 mars 1973, puis le serpent monétaire européen, du 24 avril 1972 au 15 mars 1976 et enfin le système monétaire européen (SME), du 13 mars 1979 à la création de l’euro.Ça n’a pas empêché nos gouvernements successifs de dévaluer massivement le franc - notamment sous la IVème république et au début du premier septennat de François Mitterrand - mais dire qu’ils étaient libres de le faire comme bon leur semble est faux : ça faisait l’objet de négociations internationales dans le cadre de ces accords.Au total, …